Affaire des photos nues de Lika Dioum - L’ex-mannequin Nadège et son amie risquent 6 mois ferme - Ligne Directe, site d'informations
Home Actualités Affaire des photos nues de Lika Dioum – L’ex-mannequin Nadège et son...

Nadège

 

 

Accusée d’avoir diffusé sur la toile des photos nues de Lika Dioum qu’elle soupçonnait d’être la maîtresse de son ex-époux Djily Créations, Nadège Blondine De Souza encourt une peine de 2 ans dont 6 mois ferme. La même peine est requise contre Ndèye Coumba Liliane Koité, amie de l’ex-mannequin.

 

Après la toile, l’affaire des photos nues de Fatima Lika Dioum a atterri hier à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Accusée d’avoir diffusé les images de son ancienne colocataire qu’elle soupçonnait d’être la maîtresse de son ex-époux Djily Niang plus connu sous le nom de Djily Créations, Nadège Blondine De Souza risque de passer les six prochains mois derrière les barreaux. Un séjour carcéral qu’elle risque de partager avec son amie Ndèye Coumba Liliane Koité. En fait, le parquet a requis 2 ans dont 6 mois ferme contre elles pour les faits de diffusion d’images contraires aux bonnes mœurs. En revanche, le maître des poursuites a requis la relaxe pour l’association de malfaiteurs d’autant que les prévenues ont contesté ce délit tout au long de l’interrogatoire d’audience.

‘’J’ai connu Nadège par le biais de Lika depuis très longtemps mais je n’ai pas formé une association avec elle’’, a déclaré l’étudiante Liliane. Elle a expliqué comment elle a obtenu les photos incriminées. ‘’Suite à une discussion, Nadège m’a envoyé des photos nues de Lika Dioum. Les images étaient publiées sur sa page Facebook et elle me disait que beaucoup de ses amies croyaient que c’est elle or c’était plutôt Lika Dioum’’, a narré la jeune fille. Poursuivant, elle a ajouté que sa coprévenue lui a suggéré de donner des conseils à la partie civile car elle la considérait comme sa cousine, vu qu’elles et Lika vivaient ensemble. ‘’J’ai renvoyé les photos à Fatima Lika Dioum sur sa demande et je l’ai fait par message privée et non par WhatsApp. Rien ne prouve que c’est moi qui ai publié les photos sur le net car je n’y trouve aucun intérêt. Je voulais juste la conseiller mais elle m’a fait croire qu’elles sont truquées’’, s’est encore défendue la prévenue.

Comme pour conforter son amie, Nadège a confessé avoir envoyé les photos après les avoir reçues d’un certain Cheikh Sow. ‘’Il m’a d’abord envoyé un message en me disant qu’il avait mes photos nues. Lorsque qu’il me les a transférées, j’ai découvert que c’était Lika et je les ai renvoyées à Liliane afin qu’elle donne des conseils à sa cousine’’, a expliqué l’ex-mannequin. Toutefois, elle s’est empressée d’ajouter qu’elle n’est pas l’auteur de la diffusion sur la toile. Même si elle a reconnu avoir partagé les images avec cinq de leurs amis communs dont son ex-époux, ainsi que le frère de celui-ci et les nommées Fatoumata Coulibaly et Aïda Cissé. ‘’Ce n’était pas dans l’intention de nuire mais je voulais leur montrer qu’ils avaient raison car ils ne cessaient de me dire que Lika n’est pas une personne fréquentable’’, a tenté de se dédouaner Nadège. En effet, au cours de sa déposition, elle a laissé entendre que la partie civile est son amie et elles avaient programmé d’aller prendre un pot avant les faits. ‘’Mais à ma grande surprise, a-t-elle soutenu, ‘’j’ai constaté que les photos publiées étaient faites dans ma propre chambre conjugale alors que durant la procédure de divorce, je n’avais pas quitté le domicile de mon ex’’. Entendu comme témoin, Ibra Niane a déchargé son ex-belle sœur. Il a déclaré que Lika se photographiait dans les toilettes et envoyait les images à son amoureux. ‘’Même Nadège lui disait que ce qu’elle faisait n’est pas bon’’, a ajouté le frère de Djily Créations.

‘’Si elle se photographie pour l’envoyer à son copain, c’est sa vie. Cela ne nous lie pas et nous n’avons pas les preuves que ce dernier avait l’intention de diffuser ces photos-là’’, a réagi la représentante du parquet dans son réquisitoire. Pour elle, les prévenues sont coupables d’avoir envoyé les photos à des personnes dont le nombre reste inconnu.

 

La défense indexe l’ex-copain de la partie civile

 

‘’Ku dee si marché bi yaa tagge sa bopp’’ (Elle n’a qu’à s’en prendre à elle-même pour avoir fait sa propre mauvaise publicité), a répliqué Me Aboubakry Barro de la défense. Aussi, n’a-t-il pas manqué de taxer la partie civile de ‘’fille diabolique aux mœurs légères’’. ‘’Comment peut-on comprendre une dame qui dit : j’avais envoyé des photos nues à mon copain marocain dont je ne me rappelle plus le nom et que j’avais connu au courant 2015 sur Facebook ?’’ s’est interrogée la robe noire. Il reste convaincu que l’amant marocain est le diffuseur puisque la partie civile a reconnu que son ex qui lui avait promis le mariage avait commencé à la menacer de publier ses photos sur les réseaux sociaux lorsqu’ils ont eu des problèmes. ‘’Alors elle ne peut pas venir mouiller ces deux innocentes. Cette diabolique fille est à l’origine de tout ça (…) C’est de la mesquinerie humaine, de la méchanceté. C’est comme ça qu’elle paye celle qui l’avait hébergée, en l’envoyant en prison’’, a martelé Me Barro. Au regard de tous ces arguments, il a dénoncé l’absence de preuves avant de plaider la relaxe, à défaut la clémence.

Délibéré le 22 mai prochain.

Repondre