Affaire du bébé volé à Yoff et retrouvé à Kaolack - Le parquet veut une expertise psychiatrique sur Aissatou Sarr - Ligne Directe, site d'informations
Home Actualités Affaire du bébé volé à Yoff et retrouvé à Kaolack – Le...

Palais de Justice

 

Le procès opposant Aïssatou Sarr à la famille Thiané n’a pu se tenir hier. Le parquet a introduit une requête demandant au tribunal d’ordonner une expertise médicale de la ‘‘kidnappeuse’’ qui souffrirait de troubles psychiques. Le juge va statuer sur cette demande, le 19 mai prochain.

 

L’affaire de l’enlèvement du bébé Cheikh Ibra Thiané a été enrôlée hier, devant le Tribunal d’instance (TI) de Dakar. Bien qu’elle ait retrouvé son enfant, Mbeugué Diallo avait également du mal à se tenir debout devant les juges du tribunal. Très angoissée, elle a même failli tomber en transe. Heureusement que son mari était à côté d’elle pour venir à son secours. Mieux, le procès a été très vite suspendu car le TI a renvoyé le dossier au 19 mai prochain pour délibérer sur la requête du ministère public. En fait, le Délégué du procureur a demandé au juge dudit tribunal d’ordonner une expertise médicale sur la principale prévenue avant ‘‘que le droit ne soit dit’’.

Aïssatou Sarr dite Ayou, poursuivie pour enlèvement et supposition d’enfant, ne jouirait pas de toutes ses facultés mentales. Au cas où les résultats de l’examen se révèleraient positifs, les poursuites enclenchées contre elle cesseraient. Car, l’article 50 du Code pénal écarte l’existence de délit ou de crime si l’auteur était dément au moment de la commission des faits. Cependant, la prévenue doit prendre son mal en patience parce que, si le tribunal accède à la requête du délégué du procureur, sa détention préventive pourrait se prolonger le temps que l’expertise se fasse. Elle pourrait également bénéficier d’une liberté provisoire, le cas contraire. En attendant de connaître la décision des juges, la prévenue est retournée au fond de sa cellule de la Maison des femmes (Maf) de Liberté VI où elle séjourne depuis jeudi dernier. Mais apparemment hier, à la barre, la ‘’ravisseuse’’ ne paraissait pas une personne tout à fait normale. La prévenue semblait perdue avec son regard hagard. Ses parents également, Bassirou Sarr et Marie Diouf, poursuivis pour complicité, affirment que leur fille est ‘’sujette à des crises de folie’’.

Il résulte du procès-verbal d’enquête préliminaire que dans la journée du 27 avril 2017, Mame Cheikh Ibra Thiané, âgé d’un an, avait été enlevé, à 14 heures, au domicile de ses parents à Yoff. C’était à l’occasion de la commémoration de la 137ème édition de l’Appel de Seydina Limamou Laye à Yoff Layènes. Une enquête est ainsi ouverte. Par coup de chance, les éléments de la Division des investigations criminelles (Dic) ont reçu un appel faisant état de la présence du bébé élevé à Nguékhokh Kahone, dans le département de Kaolack. Un transport sur les lieux a été effectué dans la nuit du 6 au 7 mai dernier. Ce qui a permis aux agents enquêteurs de retrouver Mame Cheikh Ibra Thiané entre les mains d’Aïssatou Sarr, mère de deux bouts de bois de Dieu. Interpellée, cette veuve depuis 2015 a d’emblée reconnu les faits qui lui sont reprochés. Elle a soutenu être possédée par des esprits qui la poussent à s’intéresser aux enfants. D’après elle, ‘‘cette force irrésistible est la cause de son acte à l’endroit de ce petit’’. Employée dans une maison à Dakar dont elle ignore même l’adresse exacte et le nom de son employeur, Ayou a expliqué qu’elle a été prise dès le matin du 27 avril par des maux de tête persistants qui l’ont amenée à se reposer après avoir fait le ménage. Par la suite, elle est sortie aux environs de 14 heures pour errer dans les rues de Dakar. C’est ainsi qu’elle est arrivée fortuitement dans une demeure à Yoff où, profitant de la ferveur des pèlerins, elle a pu s’emparer du gamin à l’insu des occupants.  

La mère de Cheikh Ibra Thiané pique une crise à la barre

Poursuivant, Aissatou Sarr a déclaré s’être rendue aussitôt à la gare des Baux maraîchers pour rallier son village natal. ‘’Durant tout ce trajet qui a duré une journée, j’ai pu compter sur mes co-voyageurs pour s’acquitter des frais de transport et des aliments servis à Mame Cheikh Ibra Thiané’’, a-t-elle affirmé.

Interrogés, ses parents ont laissé entendre qu’ils n’ont pas pu se renseigner auprès de leur fille sur la provenance du bébé. A les en croire, Ayou est malade et ils n’attendaient que son rétablissement pour le faire. ‘’Quand elle fait des crises, elle ne parle pas’’, ont-ils fait savoir. Après avoir reconnu l’erreur d’avoir été passifs devant cette situation, le père de famille a tenté de se dédouaner. Il a argué qu’il avait envisagé d’organiser une réunion avec le chef de village. Non sans ajouter que leur fille est ‘’qualifiée de démente parce qu’elle est possédée par des esprits maléfiques’’.

Par ailleurs, Aïssatou Sarr a lavé à grande eau ses parents. Face aux limiers, elle a assumé : ‘’J’ai agi seule dans cette affaire. Je n’ai bénéficié de l’aide ou de conseil de quelque nature que ce soit. J’ai agi dans les circonstances que je viens de vous relater en ignorant complètement ce que je faisais. C’est la première fois que j’enlève un enfant d’autrui.’’ Avant de continuer : ‘’J’avoue cependant qu’à l’occasion de mes crises, j’ai l’habitude de me déambuler partout’’. La ‘’kidnappeuse’’ a fini sa déposition en demandant pardon à la famille Thiané. ‘’J’étais inconsciente au moment des faits. Mieux, je n’avais aucune mauvaise intention vis-à-vis de ce garçon. Pour preuve, il est sain et sauf. Je ne lui ai fait rien de mal’’, a encore tenté de convaincre Ayou.

Repondre