L’affaire sera plaidée le 4 mai prochain - L’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye corse sa défense - Ligne Directe, site d'informations
Home Actualités L’affaire sera plaidée le 4 mai prochain – L’ancien Premier ministre Abdoul...

Abdoul Mbaye

 

 

À cause d’une nouvelle constitution d’avocats du côté de la défense, le tribunal correctionnel de Dakar a renvoyé hier le procès opposant Abdoul Mbaye, poursuivi pour complicité de faux commis dans un document administratif par son ex-conjointe Aminata Diack, au 4 mai prochain. La même date a été retenue pour l’affaire dans laquelle le banquier est le poursuivant. Il a servi une citation directe à son ex-épouse pour complicité de faux et usage de faux en écritures publiques authentiques et tentative d’escroquerie.

 

Hier, c’était l’ultime renvoi de cette affaire. L’ex-Premier ministre Abdoul Mbaye devait faire au juge du tribunal correctionnel de Dakar pour répondre du délit de complicité de faux commis dans un document administratif et tentative d’escroquerie sur son ex-épouse. Contre toute attente, le procès n’a pas pu se tenir. La défense a demandé le renvoi au 4 mai prochain, à cause d’une nouvelle constitution d’avocats. Il s’agit de Mes Baboucar Cissé et Bamba Cissé qui ont fait savoir qu’ils ont besoin de temps pour prendre connaissance du dossier. Mais, le président Ndary Diop a voulu retenir l’affaire, en précisant qu’elle a déjà subi des renvois. Là, Me Sadel Ndiaye a fait remarquer qu’Abdoul Mbaye n’a pas estimé organiser sa défense autour de 2 avocats, à savoir lui et Me Mayacine Tounkara. ‘’Il dit que c’est insuffisant’’, a-t-il révélé. Donc, a argumenté la robe noire, ‘’on doit renvoyer le procès pour la préservation des droits de notre client’’.

En sus, Me Sadel Ndiaye a sollicité la confrontation entre l’ancien chef du gouvernement et son ex-épouse. En fait, Abdoul Mbaye a servi une citation directe à Aminata Diack pour complicité de faux et usage de faux en écritures publiques authentiques et tentative d’escroquerie. Ainsi, le procès a été renvoyé au 4 mai pour le paiement de la consignation fixée à 50 000 F CFA. A cet effet, les conseils d’Abdoul Mbaye ont aussi souhaité le report pour la jonction de ces affaires ‘’pour une bonne administration de la justice’’. Ils veulent qu’elles soient jugées le même jour. C’est difficilement que la défense a fini par obtenir le renvoi à la date indiquée. Ndary Diop laissant entendre qu’il jugera de l’opportunité de la jonction, le jour-j.

L’ex Pm : ‘’Je me suis résolu à porter plainte contre mon ex-épouse’’

A la sortie du tribunal, c’est d’un air décontracté que le patron de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) a expliqué les plaintes croisées. ‘’Nous étions prêts à plaider, mais, je me suis résolu à porter plainte contre mon ex-épouse. Cette plainte traîne depuis le 11 janvier dernier. Ce n’est pas étonnant, puisque c’est une affaire biaisée depuis le début. Même si le procureur a déclaré devant la presse que les deux affaires seraient traitées, la mienne, je ne l’ai toujours pas’’, a constaté Abdoul Mbaye. ‘’Donc, mes avocats ont décidé de retourner à une citation directe et les deux affaires seront jugées le 4 mai. On espère qu’à ce moment-là, toutes les parties concernées par les mêmes documents pourront s’exprimer librement et le tribunal pourra prendre une décision éclairée et juste’’, a-t-il ajouté.

Regrettant ses présences répétées au palais de justice de Dakar, le prévenu renseigne : ‘’J’ai plus de 60 ans, c’est la première fois que je me retrouve dans une salle d’audience. J’avais terminé ma vie professionnelle et entamé une belle retraite et voilà qu’un an après ma rentrée politique, je suis attrait devant les tribunaux’’. Avant de poursuivre : ‘’C’est la rançon à payer. Je savais que les coups allaient venir. Ils viennent sous cette forme. Depuis ce début de l’année, voilà la deuxième fois que je me présente. Je commence à y trouver d’ailleurs mes repères. Il y aura sans doute une troisième fois et j’espère qu’à ce moment-là, les choses seront terminées’’.

Revenant sur ce qu’il appelle un ‘’complot d’Etat’’, le banquier a déclaré : ‘’Non, l’Etat est plus fort que ça, mais il y a quelques individus qui n’ont rien compris à l’Etat et qui, manifestement, cherchent à utiliser cette petite affaire qui aurait dû rester une toute petite, pour mettre fin à ma carrière politique. D’abord en cherchant à m’humilier par des présences répétées au tribunal, mais également chercher de me priver de mes droits civiques par des peines d’emprisonnement ou infamantes’’. Mais, a-t-il terminé, ‘’il y a un principe immuable qui guide ma vie : la vérité. Elle finit toujours par triompher’’.

Principal prévenu dans cette affaire, l’officier d’état civil Adama Thiam a répondu présent, ce jeudi.

Repondre