Non-respect des engagements signés - Le Saes tire sur le ministre du Travail - Ligne Directe, site d'informations
Home Actualités Non-respect des engagements signés – Le Saes tire sur le ministre du...

Le Saes

 

Après la tenue de la conférence sociale, les 24 et 25 avril 2017, le Syndicat autonome de l’Enseignement supérieur (Saes) tire un bilan négatif. Le Saes dénonce les agissements du ministre du Travail.

 

Le ministre du Travail, Mansour Sy, fait l’objet de toutes les attaques par les syndicalistes. Après l’UNSAS qui lui a envoyé une ‘’sommation interpellative’’, c’est au tour du Syndicat autonome de l’Enseignement supérieur (Saes) d’entrer dans la danse. Le Saes dément catégoriquement le ministre qui, lors de la conférence sociale, a publiquement affirmé que tous les engagements pris par le gouvernement ont été respectés.  ‘’Si le ministre Mansour Sy dit que tous les engagements pris par le gouvernement ont été respectés, je suis désolé, mais ce n’est pas vrai’’, a déclaré hier  le secrétaire général du Saes, lors d’une conférence de presse.

D’abord, Malick Fall rappelle qu’il n’y a pas eu de concertations sectorielles car, dit-il, le gouvernement a fui, depuis le début. ‘’Quand nous sommes arrivés à la conférence sociale, ils ont fui un peu les discussions sectorielles. Au conseil interministériel du 27 mars, le Premier ministre a fait une présentation générale de la conférence sociale et a laissé le soin au ministre du Travail de faire le reste. Au sortir de cette rencontre, le ministre Mansour Sy nous a convoqués au mois d’avril et nous avons trouvé son directeur de cabinet qui est venu faire la même présentation et nous avons (toutes les parties prenantes) réitéré qu’il faut des concertations sectorielles’’. Ensuite, le successeur de Seydi Ababacar Ndiaye souligne que le nouveau processus de suivi et de pilotage du système de retraite, qui devait être validé par la conférence sociale, n’a pas eu lieu. Sur ce point, il souligne que la question de la retraite décente ne date pas d’aujourd’hui. C’est avant 2009, dit-il, qu’ils ont commencé à travailler sur l’amélioration de la pension de retraite dans l’enseignement supérieur.

Violation de la loi

En outre, Malick Fall rappelle que les syndicalistes avaient émis l’idée de cotiser plus pour atteindre au moins 80% de leur salaire, en respectant la loi. Pour lui, c’est ce  qu’on appelle ‘’une retraite descente’’. ‘’L’Etat est en train de violer doublement la loi, notamment la loi 81-59 dans son article 61. Dans le code des pensions civiles et militaires, l’article 28 a tout défini’’, précise-t-il. Le secrétaire général adjoint du Saes, Moustapha Sall, ajoute que depuis cette période, ils étaient dans la dynamique de cotiser plus pour avoir une meilleure retraite. En mai 2016, rappelle-t-il, quand les enseignants concluaient un accord avec le gouvernement, ils n’avaient pas proposé à ce dernier un pourcentage de retraite. C’est ainsi, dit-il, que l’Etat a proposé 85% de leurs derniers salaires à la retraite, après consultation des techniciens du ministère de l’Économie, des Finances et du Plan.

Repondre