Pétrole : Frank Timis cède ses parts dans deux blocs offshore à BP - Ligne Directe, site d'informations
Home Actualités Pétrole : Frank Timis cède ses parts dans deux blocs offshore à...

An aircraft flies over a British Petroleum petrol station at Heathrow in London February 2, 2010. REUTERS/Toby Melville

An aircraft flies over a British Petroleum petrol station at Heathrow in London February 2, 2010. REUTERS/Toby Melville

Lignedirecte.sn – British Petroleum a accepté d’approfondir son investissement dans le Sénégal en acquérant l’intégralité des participations minoritaires de 30 % que la Timis Corporation détient dans deux blocs au large du Sénégal, Saint-Louis Profond et Cayar Profond, ont révélé ce mardi 25 avril à Dalar des dirigeants du géant pétrolier anglais.

BP lançait au Terrou-Bi son son Energy Outlook (« Perspectives Energétiques ») de 2017. Le BP Energy Outlook est publié annuellement, et fait état du scénario de référence qui décrit le chemin « le plus probable » pour les marchés énergétiques mondiaux jusqu’en 2035, sur la base des perspectives de BP sur les futures évolutions probables dans, la technologie l’économie, et la réglementation.

La présentation a été dirigée par Emma Delaney, président Régional de BP – Mauritania & Senegal, et de William Zimmern, le chef du service de la macroéconomie mondiale de BP qui a présenté les points saillants de la plus récente édition de l’Outlook.

Cette acquisition est toutefois soumise à l’approbation du gouvernement et suit l’entrée par BP en Mauritanie et au Sénégal par le biais d’un accord avec Kosmos Energy, annoncé en décembre 2016.

Le bloc de Saint-Louis Offshore Profond comprend la partie sénégalaise du champ transfrontalier Tortue (AhmeyimGuembeul) et un important potentiel prometteur dans le futur. Il est estimé que Tortue contient plus de 15 billions de pieds cubes de ressources gazières découvertes. Le forage d’exploration sur le prospect Yakaar, dans le bloc de Cayar Profond, a commencé en mars, et il est prévu que d’autres opérations de forage d’exploration commenceront plus tard en 2017.

A la conclusion des accords, les participations dans les blocs sénégalais seront similaires au partenariat parallèle en Mauritanie. En effet BP détiendra une participation proche de 60 %, Kosmos détiendra une participation proche de 30 %, et la Société des Pétroles du Sénégal (Petrosen) détiendra une participation d’environ 10 %.

« BP entrevoit un avenir très prometteur pour l’industrie du pétrole et du gaz du Sénégal, et s’est engagé à aider le pays à développer ses ressources d’une façon durable, » a dit Delaney. « Le moment est venu de commencer un nouveau chapitre pour l’industrie, et cet accord nous permet de faire cela, avec un partenariat qui partage les mêmes objectifs stratégiques pour le Sénégal. Ce partenariat, simple et aligné, nous permettra de faire des progrès en phase avec Petrosen et Kosmos, pour arriver à la livraison du premier gaz de Tortue pour le Sénégal en 2021. Cela établira ce pays comme un pays producteur de gaz de calibre mondial. Nous sommes ravis et honorés de pouvoir jouer un rôle dans ce futur-là. »

10% POUR PETROSEN

Selon le rapport, il est prévu que la demande mondiale d’énergie continuera à augmenter, à un taux d’environ 30 % entre 2015 et 2035, soit une croissance moyenne de1,3 % par an, poussée par le monde en voie de développement. Toutefois, cette croissance dans la demande d’énergie est nettement inférieure au taux de 3,4 % par an attendu pour le PIB mondial, ce qui reflète une amélioration de l’efficacité énergétique, actionnée par des améliorations technologiques et des préoccupations environnementales.

« La situation énergétique du monde évolue, tandis que le monde fait une transition vers un futur à plusfaibles émissions de carbone, » a dit Zimmern. « Tandis que cette transition se déroule, beaucoup de choses sont en train de changer. Par exemple, il est prévu que la demande de gaz, en tant qu’un alternatif à plus faible émission de carbone, par rapport au pétrole et au charbon, augmentera plus rapidement que la demande du pétrole ou du charbon au cours des 20 prochaines années – par un taux moyen d’1,6 % par an – et il est prévu que cette demande dépassera la demande du charbon, pour être la deuxième plus importante source de combustible, d’ici 2035.

« Nous envisagerons également la croissance du secteur du GNL, qui créera des marchés du gaz intégrés mondialement. L’importance croissante du commerce basé sur le GNL présente une importance particulière pour le développement potentiellement important du Sénégal en tant que bassin de pétrole et de gaz. »

Avec Kosmos Energy, BP prévoit d’investir plusieurs milliards de dollars dans le développement du GNL à Tortue au cours des prochaines années.  En outre, il y a un vaste programme de recherche, avec d’autres éventuelles activités de développement, naissant des succès de l’exploration.

 

 

Repondre