Rassemblement illégal - L’artiste-rappeur Karim Krumxax marche vers 3 mois assortis de sursis - Ligne Directe, site d'informations
Home Actualités Rassemblement illégal – L’artiste-rappeur Karim Krumxax marche vers 3 mois assortis de...

L’artiste-rappeur Karim Krumxax

 

Chargé de communication du mouvement ‘’Nittu Dëg’’, Abdou Karim Guèye a été jugé hier devant le tribunal d’instance de Dakar, pour rassemblement non déclarée à la place de la Nation pour la libération de l’Imam Ndao arrêté pour apologie du terrorisme. Le Parquet a requis 3 mois avec sursis. La décision est attendue ce vendredi.

 

Les chosent se sont passées vite. Très vite pour Abdou Karim Guèye plus connu sous son nom d’artiste ‘’Karim Krumxax’’. Egalement animateur à la radio ‘’Top FM’’, il a été arrêté par les policiers, lors d’une manifestation non déclarée à la Place de la Nation (ex-place de l’Obélisque), le 4 mai dernier. Placé sous mandat de dépôt, il a comparu hier, devant le tribunal d’instance de Dakar. Revenant sur la genèse des faits, le rappeur a d’emblée fait savoir qu’il milite dans un mouvement regroupant des artistes, journalistes, entre autres dénommé ‘’Nittu Dëg’’. Lequel a été créé pour défendre les morales de la société. ‘’Un jour, au cours d’une de mes émissions, j’ai reçu un appel du frère de l’Iman Alioune Badara Ndao, en détention préventive depuis plus d’un an, pour apologie du terrorisme. Par la suite, je l’ai invité à venir me rejoindre au studio. Là, il a déclaré que l’Imam Ndao est souffrant et mourant’’, a soutenu le producteur d’émission. Qui dit avoir convoqué une réunion avec les autres membres de leur mouvement pour décider du plan à adopter, en vue d’informer l’opinion publique des ‘’difficiles’’ conditions de détention des 40 personnes dont Alioune Badara Ndao (Imam Ndao) qui sont arrêtées pour des infractions liées au terrorisme.

‘’Nous avons opté pour un point de presse à la place de la Nation, le jeudi, pour annoncer la tenue d’une grande manifestation le 12 mai prochain. Auparavant, nous avons envoyé des communiqués dans toutes les rédactions de presse’’, a indiqué le chargé de la communication de ‘’Nittu dëg’’, marié et père de 3 enfants. Sur les lieux, les organisateurs se sont heurtés à la barrière des forces de l’ordre. ‘’Des journalistes sont venus en retard. Nous étions au nombre de 10 personnes avec le professeur Malick Ndiaye. La police est intervenue pour nous sommer de quitter les lieux, du fait qu’on n’avait pas d’autorisation pour ce rassemblement’’, a-t-il signalé.  Avant de poursuivre : ‘’En allant vers Colobane, un ami a proposé qu’on aille à la mairie de Sacré-cœur-Mermoz que dirige Barthélémy Dias pour nous entretenir avec la presse. Aussitôt, les limiers ont commencé à nous lancer des grenades lacrymogènes pour disperser la foule. 5 minutes après, ils ont fait demi-tour et ont exigé que je les rejoigne dans le véhicule. C’est à la police qu’on m’a notifié le délit.’’

Lors des débats d’audience, le parquet lui a demandé si le mouvement a cherché le certificat médical de l’Iman Ndao pour soutenir que son état de santé est incompatible avec la détention. ‘’Nous avons cherché un permis de visite pour entrer en contact avec la personne concernée, en vain. J’ai cru en la bonne foi du frère de ce détenu, car je connais bien leur famille. C’est le coordinateur du mouvement, Omar Sarr, qui devait aller à la Préfecture de Dakar pour l’autorisation. Ce n’était pas mon rôle’’, a répondu Abdou Karim Guèye. Le Substitut du procureur de revenir à la charge pour lui asséner : ‘’Vous n’avez même pas vérifié l’information. Mieux, vous n’avez pas cherché d’autorisation pour tenir votre point de presse dans un lieu public pour véhiculer un message. Votre droit de vous exprimer ne vous permet pas de faire du n’importe quoi. Vous incarnez des valeurs morales, alors que vous ignorez les règles élémentaires du droit pénal. Vous êtes en train de jouer avec la sécurité des gens’’, a-t-il asséné. Ainsi, il a requis une peine d’avertissement de 3 mois avec sursis, même si, renseigne le parquet, Karim Krumxax a été jugé et condamné pour des faits similaires en 2013 par le tribunal départemental de l’époque.

Me Dabo : ‘’Nous avons appris qu’Imam Ndao est malade’’
Constitués pour la défense, Mes Ousseynou Ngom, Abdoulaye Tall et Dabo ont plaidé une application bienveillante de la loi pénale. Pour Me Tall, leur client n’est pas ‘’un faiseur de propagande’’. Il voulait seulement attirer l’attention des Sénégalais sur le cas Iman Ndao.  ‘’Il a choisi de rendre service à son peuple. Il n’est pas un délinquant primaire, il s’est juste trompé. Donnez-lui la chance de sortir de prison et de reprendre son boulot. Désormais, il va se conformer à la législation du pays, lorsqu’il s’agira d’exprimer sa liberté. Je salue la sagacité du parquet qui a requis le sursis’’, a dit le conseil. Son confrère, Me Ngom a affirmé que l’animateur a été arrêté, parce qu’il est connu dans le milieu de l’activisme. Dernier à plaider, Me Dabo dira : ‘’Nous avons appris qu’Imam est malade en prison et le mouvement voulait qu’il bénéficie d’une liberté provisoire.’’ Le délibéré est prévu pour demain.

Repondre