Thiès - Viol sur une fillette d’un an et demi - Randoulène crie sa colère - Ligne Directe, site d'informations
Home Actualités Thiès – Viol sur une fillette d’un an et demi – Randoulène...

viol collectif et pédophilie

 

Les populations du quartier Randoulène ont crié hier matin toute leur colère, après le viol constaté sur une fillette d’un an et demi. Mieux, les habitants en ont profité pour réclamer l’électrification de leur quartier.

Les cas de viol se multiplient au Sénégal, mais ne se ressemblent guère. Une fillette d’à-peu-près un an et demi, du quartier de Randoulène, Thiès-Ouest, qui avait disparu hier à l’aube, a été retrouvée quelques heures après. Elle a été découverte dans une maison abandonnée, à quelques jets de pierre du domicile de ses parents. Le pire, elle a été violée d’après le père et les témoins. Et Selon  le site Cilweb, l’enfant de 18 mois a été admise aux Urgences de l’Hôpital régional El Hadji  Amadou Sakhir Ndiéguène de Thiès. Père de la fillette, Mamadou Moustapha Fall raconte : ‘’Au petit matin, mon épouse et moi dormions à côté de nos enfants dont le bébé de 18 mois. Quand nous nous sommes réveillés ce matin, nous avons constaté qu’il avait disparu. Nous l’avons cherché partout dans la maison et dans le quartier sans succès’’, explique-t-il. Le témoignage du militaire à la retraite,  Alioune Dièye, confirme ses propos. ‘’J’ai été réveillé à 7h 40mn du matin par un enfant qui m’a confié avoir aperçu un bébé dans une maison inhabitée. Quand je suis arrivé sur les lieux, j’ai trouvé la fillette dans un état compliqué. Après le constat, j’ai remarqué qu’elle était toujours vivante mais qu’elle a été violée ’’, témoigne M Dièye. Par la suite, il a appelé la police. Ainsi que les sapeurs-pompiers qui, après constat, ont transféré la victime à l’Hôpital régional de Thiès.

D’après toujours son témoignage, la fillette était aussi ‘’inconsciente, fatiguée et un peu traumatisée’’. Il a ajouté que c’est la première fois que le quartier vit une situation pareille. L’occasion faisant le larron, l’ancien militaire souhaite que Randoulène soit électrifié pour mieux lutter contre l’insécurité. Car,  à l’en croire, la rue où a eu lieu ‘’le drame’’ est peu fréquentée par les individus au petit matin. ‘’Nous demandons aux autorités de nous aider dans l’électrification de tout le quartier parce qu’il fait sombre ici. Les forces, de l’ordre de leur côté, doivent redoubler de vigilance. Avant, il y avait fréquemment des patrouilles. Aujourd’hui, il y en a de moins en moins. C’est pour cette raison que nous assistons à cette situation déplorable’’, se désole M. Dièye.

Même son de cloche chez Ndèye Coumba Dièye qui soutient que l’électrification de leur quartier serait le seul moyen de faire face ‘’aux violeurs et agresseurs’’ qui sévissent contre les populations dès le coucher du soleil. Pour cette autre habitante de Randoulène, la fillette a ‘’longtemps été repérée par son ou ses bourreaux’’ qui l’ont enlevée dans la chambre conjugale’’.

Repondre